https://www.dalloz-actualite.fr/flash/conseil-d-etat-se-prononce-sur-retribution-des-avocats-l-aide-juridictionnelle#.W0XMl8IyWpo

 

"le Conseil d’État [qui] relève que la détermination annuelle des unités de valeur de la contribution versée aux avocats en contrepartie de leur concours à l’aide juridictionnelle n’implique pas que celle-ci couvre l’intégralité des frais et honoraire correspondants. [...] le législateur a entendu laisser à la charge des auxiliaires de justice une part de financement de l’aide juridictionnelle. Cette participation des avocats à la prise en charge de l’aide juridictionnelle trouve, selon le Conseil d’État, sa contrepartie dans le régime de représentation dont ils disposent devant les tribunaux."

Dit autrement : si nous bénéficions d'un monopole de la représentation, c'est en contrepartie du financement d'une part de l'aide juridictionnelle laissée à notre charge.

J'ai toujours cru que c'était en raison des garanties que présente notre profession : compétence (diplome, formation continue), déontologie (serment, discipline), responsabilité civile (assurance).

Apprendre que nous payons notre "monopole" par la prise en charge de l'aspect déficitaire de l'aide juridictionnelle a quelque chose de déroutant.

Le corollaire, et donc la menace sous-jacente, est que si (coup de folie) tous les Bâtonniers décidaient de ne plus assurer du tout l'aide juridictionnelle, alors les avocats ne seraient plus les seuls à pouvoir défendre les justiciables.

Imagine-t-on le même argument transposé aux médecins ?

Vous devez participer au service public de la santé en contrepartie du monopole des soins.

Si vous ne le faites pas, eh bien fini l'exercice illégal de la médecine, tous les rebouteux, druides et marabout pourront, en plus du retour de l'être aimé, promettre le rétablissement du patient.

Nous vivons vraiment une époque formidable.

Longtemps j'ai écumé de rage (je grossis un peu le trait) parce qu'aucun de mes enfants ne voulait devenir avocat. Maintenant je leur dis : heureusement que vous n'avez pas suivi les injonctions de votre vieux con de père !