Extrait :

« Mais son affaire ne peut être réduite « au gentil salarié face au méchant employeur », comme l’explique Eric Rocheblave, avocat spécialiste en droit du travail :

« Quand un employeur confie une tâche à un salarié, en l’occurrence scanner tous les articles, il est en droit d’attendre que la tâche soit exécutée correctement. Une erreur reste une erreur, même pour une petite somme. »

Il poursuit : « Dit comme cela, le licenciement peut paraître abusif, exagéré. Mais mis dans un contexte particulier, il peut se justifier. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte. » Par exemple, l’impact que peut avoir la faute sur l’image de l’entreprise : ici, la cliente qui a dû payer des articles qu’elle n’a pas achetés ne reviendra peut-être jamais.

D’un autre côté, le fait que Dia ait mis deux mois à convoquer Franck « peut être une appréciation par le juge que le fait n’était pas si fautif que cela », auquel cas le groupe aurait réagi plus vite.

Il reviendra donc aux juges de trancher. « Je suis dans l’attente », souligne Franck. »

tourcoing

 

Éric ROCHEBLAVE
Avocat au Barreau de Montpellier
Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale
http://www.rocheblave.com

Consultations par téléphone
http://www.rocheblave.fr

L’Actualité du Droit du travail
http://www.droit-du-travail.org