< Accéder à la liste des blogs

Maître Jean-Philippe SCHMITT

Avocat au barreau de Dijon

Menu
Photo de Me Jean-Philippe SCHMITT, avocat à DIJON
Spécialiste CNB
Avocat titulaire d'un certificat de spécialisation en Droit du travail et social
Compétences : Droit du travail et social, Droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine, Droit immobilier
Barreau : Dijon
Adresse : 1 Bd Georges Clemenceau 21000 DIJON

Résultats de votre recherche

Photo de profil

La géolocalisation pour contrôler le temps de travail ?

Par Jean-Philippe SCHMITT le 30/01/2021
En matière de traitement des données de géolocalisation, la Cnil contrôle si l’employeur n’y recourt pas de manière excessive, notamment lorsqu’il est question de suivi du temps de travail des salariés.   En cette matière, la Cnil considère en effet que la géolocalisation n’est pas légitime si l'entreprise pouvait assurer le suivi au moyen ... Lire la suite >
Photo de profil

L'intérim peut être requalifié en un CDI

Par Jean-Philippe SCHMITT le 30/01/2021
Le contrat de travail temporaire (intérim) ne permet pas tout.   En effet, il n’est pas possible de recruter un salarié en intérim s’il s’agit de lui faire occuper un emploi durable et permanent.   La cour de cassation a ainsi rappelé le 12 novembre 2020 que le recours à l'utilisation de contrats de missions successifs impose de vérifier qu'il ... Lire la suite >
Photo de profil

Pas de sanction disciplinaire sans règlement intérieur

Par Jean-Philippe SCHMITT le 05/01/2021
  Certaines entreprises doivent obligatoirement disposer d’un règlement intérieur.   Jusqu’au 31 décembre 2019, cela concernait les entreprises employant au moins 20 salariés.   Depuis le 1er janvier 2020, ce sont les entreprises employant au moins 50 salariés.   Le règlement intérieur est un document par lequel l’employeur doit fixer les ... Lire la suite >
Photo de profil

Le licenciement ne doit jamais être vexatoire

Par Jean-Philippe SCHMITT le 21/12/2020
  Selon la cour de cassation, le bien-fondé d'une demande de dommages-intérêts d’un salarié en raison des conditions brutales et/ou vexatoires de la rupture de son contrat de travail est indépendante du bien-fondé ou non de cette rupture (Soc. 22 juin 2016 n° 14-15.171).   En effet, en application de l’article L. 1222-1 du Code du travail, le ... Lire la suite >
Photo de profil

Forfait jours caduc : les heures suppl. ne sont pas compensées par le salaire supérieur au minimum conventionnel (Soc. 12 novembre 2020)

Par Jean-Philippe SCHMITT le 22/11/2020
Le plus souvent, c’est le salarié cadre qui est soumis à une convention de forfait en jours sur l’année.   Mais plusieurs conditions sont posées pour permettre l’opposabilité, et donc la validité, du forfait jours.   En effet, d’une part le salarié doit disposer d’une autonomie réelle dans l’organisation de son travail.   D’autre ... Lire la suite >
Photo de profil

L'obligation de reclassement s'impose même si le salarié n'a pas exprimé de souhaits (Soc. 12 novembre 2020)

Par Jean-Philippe SCHMITT le 22/11/2020
L’obligation de recherche de reclassement, notamment lorsque le salarié est déclaré inapte, est impérative et l’employeur ne peut s’en dispenser même si le salarié est peu enclin à être reclassé sur un autre poste.   La cour de cassation rappelle ainsi le 12 novembre 2020 que l’absence de souhait de reclassement exprimé par le salarié ... Lire la suite >
Photo de profil

L'intérim requalifié en CDI (Soc. 12 novembre 2020)

Par Jean-Philippe SCHMITT le 15/11/2020
  Les contrats d’intérim (appelés contrats de travail temporaire) ne sont pas dispensés de respecter les dispositions légales.   En effet, quel que soit son motif, le contrat d’intérim ne peut avoir ni pour objet, ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise utilisatrice.   La cour ... Lire la suite >
Photo de profil

Modification du contrat pour motif économique et reclassement (Soc. 30 septembre 2020)

Par Jean-Philippe SCHMITT le 01/11/2020
En cas de difficultés économiques, l’employeur peut préférer modifier le contrat plutôt que de supprimer le poste.   La modification peut consister en une réduction du temps de travail, en une mutation…   Si le salarié refuse, il s’expose alors à un licenciement économique.   L’employeur doit toutefois préalablement tenter de le reclasser. ... Lire la suite >
Voir le profil de Me Jean-Philippe SCHMITT sur Avocat.fr